"L'oasis" cévénole
     

"L'oasis" cévénole

Lorsque l'on vit dans une vallée reculée des Cévennes méridionales, les mesures de confinement du à la pandémie de Covid-19 mises en place par le gouvernement le 16 mars dernier changent en réalité peu de choses dans votre quotidien.
Loin des villes, on se sent préservé du côté anxiogène de cette situation inédite.
L'achat de courses pour plusieurs semaines, l'optimisation des déplacements, le travail depuis chez soi, peu d'interactions à cette période de l'année font déjà partie intégrante de notre vie quotidienne. On prépare le potager, on continue à construire les structures en bois sur le terrain, à couper le bois pour l'hiver prochain, ...
Finalement, la seule grande transformation à laquelle on est confronté pendant cette période historique est l'interaction avec les personnes vivant sur le lieu. Habituellement lieu de passage pour accueillir les amis et la famille, ou encore les stages, il deviendra le temps de quelques semaines une oasis éphémère.

Plusieurs générations se retrouvent à vivre ensemble pendant le confinement, avec la même volonté de développer une autonomie. Si le lieu présente déjà une certaine autonomie avec la source d'eau potable, la chaudière à bois et les panneaux solaires (chauffage et eau chaude), chacun.e mettra la main à la pâte pour participer aux divers projets de création pour la développer.

Dès le début du confinement, c'est une expérience de vivre ensemble qui nous est offerte. Des temps d'échange sont créés afin de partager la météo intérieure de chacun.e, les ressentis, les envies, les besoins aussi. C'est également un temps propice pour convenir des chantiers participatifs sur le lieu, auxquels chacun.e est libre de se joindre selon son propre rythme, ses compétences, ses envies.

Et puis, passée l'effervescence des premières semaines, chacun.e conscientise le besoin de temps pour soi, pour accueillir, méditer, ressentir ce qui se joue à l'intérieur de soi. Car finalement, peu importe la taille du lieu du confinement, chacun.e a son lot de transformation intérieure...

A la fin de ce confinement tout à fait inédit, chacun.e aura acquis du savoir dans un ou plusieurs domaines, vécu de nouvelles expériences, appris sur autrui et sur soi-même et ses limites. Cette oasis éphémère restera gravée dans les souvenirs de tou.te.s.

Alors que les villes semblaient s'être arrêtées, effondrées, la vie dans cette vallée reculée des Cévennes était déjà en train de nourrir demain.